Rendez-vous

Présentation

Le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAOS) est une pathologie fréquente qui touche environ 4% des hommes et 2% des femmes de 30 à 60 ans. Au fil du temps, ces chiffres ont tendance à augmenter, notamment chez les enfants étant donné l’épidémie d’obésité dans la population en général. Les facteurs de risque pour le développement de celui-ci, sont l’obésité, le sexe masculin, l’âge, la ménopause, la race noire, l’alcool et le tabac.

Le SAOS est expliqué par l’obstruction répétée des voies aériennes supérieures secondaires à un collapsus du pharynx. Ces évènements respiratoires sont précipités par des prédispositions anatomiques (obésité, rétrognatie…) et des facteurs externes tels que la prise d’alcool ou de certains médicaments (benzodiazépines, morphiniques…). Les apnées et hypopnées nocturnes génèrent d’ incessants micro-éveils qui altèrent l’architecture du sommeil et sont responsables de somnolence diurne, pouvant être à l’origine d’accidents de travail et/ou de roulage. De récentes études confirment également que les patients apnéiques non traités présentent un risque accru de maladies cardiovasculaires telles que l’hypertension artérielle, les accidents
vasculaires cérébraux, l’insuffisance cardiaque mais également des déséquilibres diabétiques.

La polysomnographie

La polysomnographie reste l’examen de référence dans la mise au point d’un syndrome d’apnée du sommeil. Il s’agit d’un examen pendant lequel on enregistre l’activité cérébrale (EEG), le fl ux d’air nasal et buccal, les mouvements du thorax et de l’abdomen, la position du corps, la saturation en oxygène, l’électro-oculogramme (EOG), l’électrocardiogramme (ECG), ainsi que l’électromyogramme du menton et des membres inférieurs. Cet examen permet non seulement de détecter les troubles respiratoires du sommeil et d’en définir le type (apnée centrale, obstructive, mixte, hypopnée), mais également de déterminer la structure du sommeil et de quantifier le temps passé dans les différents stades.

Traitement par CPAP

Le traitement le plus efficace et le plus communément utilisé est la CPAP (Continuous Positive Airway Pressure). Ce traitement consiste à l’application d’une pression positive par un masque nasal ou facial, qui empêchera le collapsus des voies aériennes dont souffrent les patients apnéiques. La prise en charge des patients suspectés pour un syndrome d’apnées du sommeil, peut donc se diviser en deux parties. La polysomnographie diagnostique, effectuée dans un premier temps, nous permettra de poser ou non le diagnostic de syndrome d’apnées-hypopnées liées au sommeil.
Si l’examen confirme un index d’apnées-hypopnées obstructive supérieur ou égal à 15/h de sommeil, le patient entre alors dans les critères de remboursement par l’INAMI d’un traitement par CPAP. Il est alors convoqué pour bénéficier d’une deuxième polysomnographie dite, cette fois, de titration.
Cette deuxième nuit a pour but de titrer la pression adéquate à appliquer sur la CPAP, qui permettra de lever les évènements apnéiques.

Au GHdC, le laboratoire du sommeil est doté d’une activité diagnostique et thérapeutique assez importante. En effet, le service permet la réalisation de 6 examens de sommeil diagnostiques et/ou de titration, 7 jours sur 7. Les différents tracés sont ensuite scorés par nos psychologues spécialisés, et enfin protocolés par des médecins pneumologues et somnologues. En 2016, 1.602 examens polysomnographiques ont été réalisés dans notre institution, et 345 patients ont bénéficié d’un traitement par CPAP. Le suivi de la compliance au traitement, est rigoureux et régulier. Nous assurons une prise en charge multidisciplinaire, en association avec nos confrères ORL, stomatologues, dentistes, psychiatres et pneumologues.

 

Contact/prise de RDV

 071/10.20.20

Sites 

Services associés