Journée mondiale de la prématurité

16/11/2021

Chaque jour, dans le monde, 1 enfant sur 10 arrive au monde prématurément.
Chaque histoire est différente et pourtant, face à une naissance précoce, les mêmes questions et doutes reviennent. A l’occasion de la journée mondiale de la prématurité ce 17 novembre, le GHdC met à l’honneur ces familles, ces enfants et les soignants qui les accompagnent, qui se battent pour la vie dès les premiers instants.

Victor, Louise, Samuel ou encore Léa… Dans leur couveuse, ces bébés se battent, au quotidien, pour continuer à grandir. Autour d’eux, l’équipe soignante du service de néonatologie accompagne ces familles et ce, parfois durant de longues semaines. Car ici, même si les machines et tubes en tout genre sont très présents, c’est avant tout « l’humain » qui est capital, vital même. Il faut dire que les choses ont beaucoup évolué ces 50 dernières années. Aujourd’hui, on sait qu’apporter des soins ne suffit pas. Comment donner l’envie à un bébé de se battre ? Lui apporter l’amour de ses proches. Au GHdC, tout est mis en œuvre pour impliquer la famille au cœur des soins apportés au bébé.  


Des premiers instants difficiles

Lire des histoires, chanter une comptine tout en respectant les périodes d’éveil, ces activités permettront au bébé d’être rassuré et d’être apaisé afin qu’il se sente en sécurité. Au sein du service de néonatologie, ces enfants évoluent comme dans un cocon : lits chauffants, lumière tamisée, bruits ambiants limités,… Même la position dans laquelle l’enfant est déposé n’est pas laissée au hasard : il se retrouve en petite boule afin de favoriser un contact entre les mains et la bouche ce qui l’aidera à développer le réflexe de succion.

Pour que le développement de l’enfant se passe au mieux et surtout favoriser le lien avec ses proches, le service de néonatologie du GHdC ouvre ses portes 24h/24, 7j/7. Les chambres kangourous du GHdC – ou chambre hôtel – leur permettent de rester à l’hôpital pour être au plus près de leur bébé et éviter les trajets. Lorsque la présence d’un parent n’est pas possible, une ‘câlineuse’ prend le relais auprès des bébés pour assurer ce contact primordial.

Une fois de retour à la maison, l’équipe assure un suivi en contactant les jeunes parents afin de prendre des nouvelles de l’enfant. Les sages-femmes de l’équipe « plume » peuvent également venir à domicile pour assurer les soins nécessaires à l’enfant.

 

Services/centres spécialisés liés