Rendez-vous

Examen chez la femme et l'homme

L’infertilité est dite primaire en l’absence de grossesse suite à des rapports sexuels réguliers durant un an sans moyen contraceptif. L’infertilité est dite secondaire en l’absence de grossesse suite à des relations sexuelles régulières durant un an sans moyen contraceptif mais avec un antécédent de grossesse, problème de concevoir à nouveau.


L’infertilité est différente de la stérilité. La stérilité est l’incapacité totale à se reproduire alors que l’infertilité est la difficulté de concevoir un enfant.

La probabilité d’un couple fertile à concevoir un enfant au moment de l’ovulation est de 25%.

Un couple sur six présente des difficultés à concevoir.

L’âge est un facteur prédominant chez la femme. La fertilité de la femme diminue à l’âge de 35ans avec une exacerbation à l’âge de 37ans.

La fertilité d’un individu peut être variable au cours de sa vie ; consommation d’alcool, de tabac, de toxines, le poids, le stress, le degré d’exposition à des perturbateurs endocriniens,…

Dans un premier temps, pour recourir aux techniques de la PMA de notre centre, vous devez consulter un gynécologue affilié à notre centre et spécialisé dans la fertilité afin de diagnostiquer les causes d’infertilité et ainsi proposer un éventuel traitement (lien vers numéro)

Chez la femme, le gynécologue établit tout d’abord une anamnèse complète (âge, poids, taille, habitudes alimentaires,…). Il réalise ensuite un bilan hormonal afin de déterminer la réserve ovarienne (FSH, œstradiol, AMH) ou encore de dépister une éventuelle maladie génétique (analyse chromosomiques). La TSH peut également être dosée pour enlever toute suspicion d’hyper-prolactinémie ou dysthyroïdie pouvant être une cause du trouble de fertilité.

Une échographie pelvienne est également conseillée afin de déterminer la réserve ovarienne par le compte des follicules antraux ainsi que pour déceler toute autre anomalie éventuelle.

L’hystéroscopie est recommandée en cas de présomption d’anomalie de la cavité utérine ou de l’endomètre ou présence d’un polype endométrial ou myome sous–muqueux.

Une hystérosalpingographie est une radiographie de la cavité interne de l’utérus et des trompes. Elle peut être réalisée afin de repérer une anomalie au niveau des trompes qui peut empêcher le trajet des spermatozoïdes et de l’ovocyte, et donc réduire leur chance de rencontre. Cet examen est intéressant en cas de conception spontanée ou lors d’insémination intra-utérine. Elle n’a pas d’intérêt en cas de traitement de FIV d’emblée.

La cœlioscopie (=laparoscopie) peut s’avérer intéressante dans certains cas comme pour confirmer une obstruction tubaire, lors de la suspicion de pathologie pelvienne comme une endométriose, en cas d’infertilité inexpliquée jusque-là, en cas de présence de syndrome d’ovaire poly-kystique ou en cas d’échec  d’insémination intra-utérine.

Chez l’homme, le gynécologue prescrit en première intention un examen complet d’un échantillon de sperme, il s’agit du spermogramme. Au cours de cet examen, les spermatozoïdes sont analysés par leur nombre, leur mobilité et leur morphologie.

Lorsque des anomalies y sont rencontrées, un deuxième spermogramme est préconisé dans les trois mois, temps nécessaire à un cycle complet de spermatogénèse. Le spermogramme se fait sous rendez-vous du lundi au vendredi à 9h30. L’échantillon peut être réalisé soit au CMR dans un local prévu à cet effet soit à la maison. Dans ce cas, l’échantillon doit être acheminé dans l’heure et maintenu à température corporelle. Une période d’abstinence de 3 à 5 jours doit être respectée. Avant le prélèvement de sperme, il est conseillé d'uriner pour éliminer les bactéries qui pourraient se trouver dans l'urètre et se laver soigneusement les mains puis nettoyer le gland avec une solution antiseptique. Le recueil doit se réaliser par masturbation dans un pot stérile spécial à bord large dont la température ne doit pas être trop basse. Vous pouvez vous procurer ce pot en pharmacie ou directement dans notre centre.

Un examen clinique peut être nécessaire en cas d’anomalies séminologiques sévères et/ou de suspicion de prostatite chronique ou de lésions obstructives. Cet examen s’effectue par un gynécologue ou un urologue ayant une spécialisation dans l’andrologie.
Lors d’une azoospermie (absence de spermatozoïde dans l’échantillon de sperme) révélée, une biopsie testiculaire avec/ou sans ponction épidydimaire peut être prescrite afin de rechercher s’il s’agit d’une azoospermie obstructive (présence de spermatozoïdes dans les testicules mais pas dans le sperme) ou d’une azoospermie non obstructive (absence de production des spermatozoïdes). Cette biopsie se réalise sous anesthésie générale en salle d’opératoire.

Cette énumération d’examens n’est pas exhaustive. Le gynécologue vous prescrira les examens requis à votre diagnostic. Parfois, plusieurs visites auprès de votre gynécologue spécialiste de la fertilité sont nécessaires afin d’établir un diagnostic complet. Au terme de ce bilan le médecin vous proposera le traitement le plus adéquat : Rapport Simple, Insémination Intra-Utérine, Fécondation In vitro classique ou avec Injection Intra-Cytoplasmique d’un Spermatozoïde (ICSI).

 

Sites